généraliser


généraliser

généraliser [ ʒeneralize ] v. tr. <conjug. : 1>
• 1578; de 1. général
Rendre général.
1Étendre, appliquer (qqch.) à l'ensemble ou à la majorité des individus. étendre, universaliser. Généraliser une mesure. Pronom. L'instruction s'est généralisée en France. répandre. P. p. adj. Crise généralisée.
S'étendre à l'ensemble d'un organisme. Le mal tend à se généraliser. P. p. adj. Cancer généralisé.
2(Abstrait) Affecter d'une extension ou d'une portée plus grande. « une tête capable de généraliser des idées » (Voltaire). Généraliser les résultats d'une expérience.
Absolt Raisonner par généralisation, en allant du particulier au général. Il ne faudrait pas trop généraliser. extrapoler. « Le savant généralise, l'artiste individualise » (Renard).
⊗ CONTR. Limiter, localiser, restreindre. Distinguer, individualiser, particulariser, spécialiser, spécifier.

généraliser verbe transitif (de général 1) Donner un caractère général à quelque chose, lui donner une portée, une extension plus grande : Généraliser une méthode. Conclure du particulier au général : Avoir tendance à trop généraliser. Étendre à l'ensemble ou à la majorité de personnes ou de choses ce qui a été observé sur quelques cas, ce qui ne s'appliquait qu'à quelques personnes : Généraliser les résultats de l'expérience à tous les faits de même nature.généraliser (synonymes) verbe transitif (de général 1) Étendre à l'ensemble ou à la majorité de personnes ou...
Synonymes :
- démocratiser
- répandre
Contraires :
- étouffer

généraliser
v. tr.
d1./d étendre à l'ensemble ou à la majorité des individus, des cas; rendre général. Généraliser une méthode, des pratiques, des usages. Syn. universaliser.
Pp. adj. Une réglementation généralisée.
v. Pron. Devenir commun, se répandre. Opinion qui se généralise.
|| S'étendre par étapes, d'une partie à l'ensemble d'un organisme. Infection qui se généralise.
Pp. adj. Cancer généralisé.
d2./d étendre à toute une classe ce qui a été observé sur un nombre limité d'éléments ou d'individus appartenant à cette classe. Généraliser des idées.
|| (S. comp.) Raisonner en allant du particulier au général. C'est un cas d'espèce, ne généralisons pas.

⇒GÉNÉRALISER, verbe trans.
A. — Au plan concr. Rendre général par extension à la plupart des cas ou des individus. Généraliser un emploi, une méthode, un procédé, un usage; crise généralisée; conflit, amoralisme, esclavage généralisé; tendance à se généraliser. Je crois que ce fait, observé par hasard, peut être généralisé (WARCOLLIER, Télépathie, 1921, p. 288). L'emploi des radioisotopes n'est pas encore aussi généralisé dans l'industrie qu'il devrait l'être (GOLDSCHMIDT, Avent. atom., 1962, p. 238).
En emploi absolu :
1. On doit examiner les cas à partir desquels on veut généraliser et se demander : quel droit a-t-on de généraliser? C'est-à-dire quelle raison a-t-on de présumer que le caractère constaté dans ces cas se rencontrera dans des milliers d'autres?
LANGLOIS, SEIGNOBOS, Introd. ét. hist., 1898, p. 240.
MÉD. [En parlant d'un processus pathogène qui atteint presque tout l'organisme] Cancer généralisé. Les teintures peuvent être à l'origine d'eczémas de la face et même d'eczémas généralisés (QUILLET Méd. 1965, p. 317). La péritonite généralisée par diffusion de l'inflammation ou perforation de l'appendice et l'abcès appendiculaire (QUILLET Méd. 1965p. 156).
B. — Au plan abstr. Raisonner en procédant par induction du particulier au général pour intégrer dans un ensemble d'idées les cas similaires. Généraliser une notion, une idée, une théorie, une observation. C'est ainsi que l'homme d'un esprit supérieur, généralise les idées et saisit les principes premiers, applicables aux diverses sciences (SÉNAC DE MEILHAN, Émigré, 1797, p. 1578). N'est-il pas vrai que l'analogie nous conduit à généraliser l'observation? (J. DE MAISTRE, Soirées St-Pétersb., t. 1, 1821, p. 50) :
2. Plus l'être vivant s'élève dans l'échelle de la conscience, plus il tend à organiser les simples perceptions sensorielles, à y ajouter le sentiment de rapports établis entre elles. Le rapport de ressemblance esquisse d'emblée la possibilité de généraliser, de produire des catégories; en bref, émerge l'acte intellectuel.
HUYGHE, Dialog. avec visible, 1955, p. 107.
Spécialement
MATH. Généraliser une hypothèse, une formule d'algèbre, une équation; équation généralisée; géométrie généralisée; abrégé, application, autosymétrie, fonction, hélicoïdal, projection, répétition généralisé(e) (Math. 1967-69).
PHYS. Théorie de la relativité généralisée :
3. ... c'est en termes mathématiques que Clausius la généralisa [la loi de dégradation de l'énergie], et c'est à la conception d'une grandeur calculable, l'« entropie », qu'il aboutit.
BERGSON, Évol. créatr., 1907, p. 244.
REM. 1. Généralisant, -ante, part. prés. adj. Qui généralise (sens B). L'anthropologie moderne, écrit-il [Durkheim], est fonctionnelle, généralisante et sociologique (Traité sociol., 1968, p. 320). 2. Généralisable, adj. Qui est susceptible d'être généralisé. Ne m'intéressent que les individus, dans ce qu'ils ont d'unique et de non généralisable (BENDA, Fr. byz., 1945, p. 289). Ce témoignage n'est pas généralisable, et il a cependant une portée universelle (MOUNIER, Traité caract., 1946, p. 441).
Prononc. et Orth. : [], (il) généralise []. Étymol. et Hist. 1600-12 (A. D'AUBIGNÉ, Hist. univ., I, 14, Soc. Hist. de Fr. ds GDF. Compl.). Dér. de général1; suff. -iser. Fréq. abs. littér. : 446 (généralisant : 19). Fréq. rel. littér. : XIXe s. : a) 507, b) 476; XXe s. : a) 367, b) 986. Bbg. GOHIN 1903, p. 322.

généraliser [ʒeneʀalize] v. tr.
ÉTYM. Fin XVIe, d'Aubigné; de 1. général.
Rendre général.
1 (1784). Étendre, appliquer (qqch.) à l'ensemble ou à la majorité des individus. Étendre, universaliser. || Usage, méthode qu'il conviendrait de généraliser. || Généraliser une mesure, une pratique.
1 Ce plan généralisait, systématisait, les mesures que la nécessité avait imposées dans le Nord et dans l'Ouest (…)
Michelet, Hist. de la Révolution franç., X, VIII.
Au p. p. || Crise généralisée (→ Après-guerre, cit. 2).Cancer (cit. 4) généralisé.
2 En un certain sens, l'amère intuition du christianisme et son pessimisme légitime quant au cœur humain, c'est que l'injustice généralisée est aussi satisfaisante pour l'homme que la justice totale.
Camus, l'Homme révolté, p. 53.
2 (Fin XVIe). (Abstrait). Affecter d'une portée plus grande, par une généralisation d'ordre intellectuel. || Généraliser abusivement (cit. 1) quelques passages de vieilles chroniques. || Généraliser le résultat d'une observation. || Généraliser le concret (cit. 5).
3 De la raison, des mains industrieuses, une tête capable de généraliser des idées, une langue assez souple pour les exprimer : ce sont là de grands bienfaits accordés par l'Être suprême à l'homme (…)
Voltaire, Dict. philosophique, Homme.
4 Simplifier les causes, et généraliser les effets, doit être le but du physicien (…)
Buffon, Hist. des minéraux, t. IX, p. 101, in Littré.
5 L'argot est la langue de la misère. On peut nous arrêter; on peut généraliser le fait, ce qui est quelquefois une manière de l'atténuer; on peut nous dire que tous les métiers, toutes les professions (…) ont leur argot.
Hugo, les Misérables, IV, VII, I.
6 Lorsqu'on a parlé de l'impudeur naturelle au lyrique moderne, le mot certes ne pouvait s'appliquer aux Méditations de 1820; elles contiennent si peu d'indiscrétion qu'une biographie qui s'y documenterait serait grossièrement inexacte (…) En s'idéalisant, Lamartine s'est, si je puis dire, généralisé : le moi poétique qu'il a substitué à son moi réel a pris une valeur de type.
Gustave Lanson, Introd. à l'éd. critique des Méditations.
Au p. p. || L'Esthétique généralisée, de R. Caillois.
(1751, Diderot). Absolt. Raisonner par généralisation. || Esprit impatient d'ordonner et de généraliser (→ Analytique, cit. 3). || Expérience (cit. 46) qui permet de prévoir, c'est-à-dire de généraliser. || C'est un cas d'espèce, ne généralisons pas.
7 Enfin ceux qui généralisent ne pourront faire des théories durables qu'autant qu'ils connaîtront par eux-mêmes tous les détails scientifiques que ces théories sont destinées à représenter.
Cl. Bernard, Introd. à la médecine expérimentale, I, I, p. 63.
8 Le savant généralise, l'artiste individualise.
J. Renard, Journal, 17 janv. 1889.
9 (Lausanne) Ville laborieuse, sans fantaisie, se dit Antoine, qui généralisait vite.
Martin du Gard, les Thibault, t. IV, p. 45.
Psychol. Opérer la généralisation d'un réflexe acquis.
——————
se généraliser v. pron.
|| Mode qui se généralise. || L'instruction s'est généralisée en France depuis les lois scolaires. Répandre. || La pratique du tennis se généralise. || Mot dont un sens se généralise à telle ou telle époque.
(Fin XVIe). S'étendre à l'ensemble d'un organisme. || Le mal tend à se généraliser.
——————
généralisé, ée p. p. adj.
Voir ci-dessus à l'article (cit. 2 et supra).
CONTR. Limiter, localiser, restreindre. — Distinguer, individualiser, particulariser, singulariser, spécialiser, spécifier.
DÉR. Généralisable, généralisateur, généralisation.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • généraliser — (jé né ra li zé) v. a. 1°   Rendre général. Généraliser une idée, une méthode. Généraliser une formule d algèbre. •   La seule bonne manière de diminuer le nombre des lois est de les généraliser, L ABBÉ DE ST PIERRE dans DESFONTAINES. •   Il faut …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • GÉNÉRALISER — v. tr. Rendre général. Généraliser une méthode, un procédé. Absolument, Notre esprit est naturellement porté à généraliser. Vous généralisez trop. Il signifie aussi Rendre commun à beaucoup. Généraliser une opinion. Ce préjugé se généralise, Il… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • GÉNÉRALISER — v. a. Rendre général. Généraliser une idée, un principe, une méthode. On l emploie quelquefois avec le pronom personnel. Un principe, une idée qui se généralise dans l esprit.   Il signifie particulièrement, en Mathématique et en Physique, Donner …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • généraliser — vt. jènèralizî, zhènèralizî (Albanais) …   Dictionnaire Français-Savoyard

  • se généraliser — ● se généraliser verbe pronominal être généralisé verbe passif S étendre à un ensemble plus large et, en particulier, à l ensemble d un organisme, d un groupe, etc. : Cancer généralisé. ● se généraliser verbe pronominal Devenir commun à beaucoup …   Encyclopédie Universelle

  • hollegañ — généraliser …   Dictionnaire Breton-Français

  • généralisation — [ ʒeneralizasjɔ̃ ] n. f. • v. 1760; de généraliser 1 ♦ Action de généraliser ou de se généraliser. Souhaiter la généralisation d une mesure. Risques de généralisation d un conflit. ⇒ extension. Pathol. Généralisation d un cancer par métastases. 2 …   Encyclopédie Universelle

  • ALGÈBRE — L’algèbre au sens moderne, à savoir l’étude des structures algébriques indépendamment de leurs réalisations concrètes, ne s’est dégagée que très progressivement au cours du XIXe siècle, en liaison avec le mouvement général d’axiomatisation de… …   Encyclopédie Universelle

  • particulariser — [ partikylarize ] v. tr. <conjug. : 1> • 1412; du rad. lat. de particulier 1 ♦ Vx Exposer (un fait) dans ses moindres détails. « Les histoires qu on particularise trop [...] sont ennuyeuses » (Furetière). 2 ♦ Mod. Distinguer, différencier… …   Encyclopédie Universelle

  • abstraire — [ apstrɛr ] v. tr. <conjug. : 50> • XIVe « enlever »; lat. abstrahere 1 ♦ Considérer par abstraction (un caractère, une qualité) en séparant, en isolant. « la science isole ce qu elle étudie; et elle l abstrait pour en retirer le générique… …   Encyclopédie Universelle


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.